Un airbag de la solidarité

Il est des modèles qui n’en sont plus disions-nous lors de la précédente chronique mais il appartient d’en créer de nouveaux. Inutile de dénoncer si on ne parvient pas à énoncer des projets crédibles sans que pour autant ils s’affranchissent d’une utopie.

Le monde ancien s’efface. Tournons nous résolument dans le dynamisme de la confiance, vers des temps nouveaux qui déjà percent l’horizon. Le champ de l’économie n’en est-il pas un des modèles avec le développement de l’économie solidaire ou encore dite ‘positive’.

« Bâtir ensemble ». L’expression témoigne la confiance jusqu’à créer les conditions d’un autrement.

Avec ATD Quart Monde, HH plaide pour qu’il n’y ait plus de familles interdites de logement pour insuffisance de revenus.

A une maman, qui insistait sur l’urgence de sa recherche d’un toit, je répondais mesurer la gravité de la situation, l’invitant cependant à patienter, ne pouvant mettre son dossier au dessus de la pile pour éviter l’arbitraire.

Certes, me dit-elle, mais être au milieu de la pile c’est attendre, attendre encore alors qu’il y a urgence. « Un espoir plié ».

Nous n’avons pas de peine à évaluer la situation d’angoisse que suscite ce dialogue.

–    désolé, le prix du loyer et des charges représenteraient pour vous un tel taux d’effort que ce logement vous est inaccessible.

Le candidat au logement ose la question « Ce taux d’effort ne pourrait-il pas être partagé ? ».

–    désolé, répète tout doucement le gestionnaire qui fait bien son travail pour privilégier, parmi les personnes en difficulté celles qui le sont le moins. A ce jeu de la sécurité, les plus vulnérables perdent toujours.

Encore un énième rejet, pour ce foyer qui, abasourdi par tant de portes qui se ferment, est soudain confronté à un avenir bien sombre.

Aussi, venons-nous de créer un fonds de dotation dénommé l’Humanisme à l’Epreuve de la Dépendance, par abréviation HEDE*.

Ce fonds recueille des versements de 20 à 100 € mensuels aux fins de sécuriser précisément ceux qui ne le sont plus pour être confrontés aux accidents de la vie : les ruptures familiale, la perte de l’emploi ou encore la maladie.

Un « airbag » de la solidarité pour éviter de sombrer. Un moyen simple de faire du bien en mettant en œuvre de nouveaux liens.

Bernard Devert

*Note de présentation ci-après

Un commentaire sur “Un airbag de la solidarité

  1. Merci vraiment ,je vous écoute tous les jours sur Radio Notre Dame et tous les jours je rêve que tous les auditeurs du 20h sur les chaînes d’informartions, puissent vous entendre,vous avez les mots de verité qui touchent le coeur et ils sont bien encrés dans notre actualité celle qui dérange et dont on ne veut pas parler: l’airbag peut et a sauvé tant de vies dans les pires situations.Je viens vous rejoindre pour l’instant avec peu de moyens mais j’espère plus demain .
    Giovanna Brunet de la SCIC- Village à Vivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s