La raison d’être, une éthique du développement

Les objectifs du développement durable, mis en place par les Nations Unies après l’accord de Paris en 2015 sur le climat, contribuent largement aux changements qui s’esquissent. La grave crise sanitaire, va-t-elle les paralyser ou facilitera-t-elle leur acceptabilité ; d’un mal peut sortir un bien.

L’une des dix mesures phare de la loi Pacte vise à repenser la place des entreprises dans la Société et à renforcer la prise en considération des enjeux sociétaux et environnementaux.

L’acte d’entreprendre se trouve interrogé par l’article 1835 du code civil qui invite les sociétés commerciales à préciser leur raison d’être, la loi Pacteleur offrant la possibilité de devenir une entreprise à mission.

Une des grandes sociétés françaises, cotée au Cac 40, vient de recueillir l’adhésion de ses actionnaires à la quasi-unanimité pour revêtir ce statut ; il ne se réduit pas à un label mais traduit une exigence impactant la finalité de l’entreprise.

Michel Camdessus, ancien Directeur général du FMI, rappelait l’urgente nécessité d’une certaine gratuité dans l’économie. L’utopie d’hier se révèle une vérité qui se construit, lentement certes, mais réellement.

Alain Mérieux, une grande figure de l’économie et de l’humanisme, dirigeant l’Institut du même nom, a initié l’Entreprise des « possibles » qui, en ces jours de l’après, est attentive à ne pas laisser les plus vulnérables au bord du chemin. Une des actions phare vise les sans-abri, notamment les mamans et leurs enfants, pour qu’à la fin de la crise sanitaire, ils ne retournent pas à la rue.

Le Ministère du logement, parallèlement, annonce aussi des mesures.

Quand nous recherchons des raisons d’être, de nouveaux possibles surgissent et s’imposent non comme des parachutes, mais l’amorce d’un élan mettant en œuvre des partenariats publics/privés.

L’Etat providence, vite effacé par les néo-libéraux, n’a pas failli à sa mission : maintenir l’emploi, mais aussi soutenir la recherche, le tissu économique et l’innovation entrepreneuriale. Les emplois importants de demain, encore inconnus, souvent virtuels, se préparent aujourd’hui.

Les élections montrent l’attente de nos concitoyens, une société apaisée ; comment pourrait-elle l’être si les énergies et les savoir-faire sont ‘cloués au sol’.

L’espoir, dit Edgar Morin, n’est pas la certitude, il porte la conscience du danger et des menaces mais il nous fait prendre parti et fait pari

La raison d’être, dans ces heures incertaines, semble être le fer de lance d’une croissance équilibrée. La responsabilité en est comme réveillée ! S’ouvre l’approche de ce qui fait sens, ce bien qui faisait dire à Jean Boissonnat qu’à force de le chercher on finit par y contribuer.

L’être, au cœur de cette attention, trouve l’enjeu d’une passion raisonnable. Un horizon plus humain se fait jour.

Bernard Devert

3 juillet 2020

Locmariaquer, culture et histoire, vecteurs du vivre-ensemble.

En ce jour du 23 juin, fort du soutien de M. Philippe Belaval, Président du Centre des monuments nationaux, de M. Olivier Agogué, administrateur du site des mégalithes de Locmariaquer et de M. Jean-Michel Bonvalet, un patrimoine majeur datant de 4500 à 3500 AJC livre un peu de son mystère.

Le grand menhir parle.

Les pierres, non seulement livrent un peu de leur secret, mais font aussi parler bien des enfants et des familles accompagnés par l’association Habitat et Humanisme Morbihan. Tous témoignent de leur émerveillement. Il s’en suit une libération qui n’est pas sans impact sur la reconnaissance des talents.

Les mégalithes témoignent

Ces pierres interrogent. Ne suscitent-elles pas un arc prodigieux, quasiment lumineux, entre l’histoire d’hier et aujourd’hui. Malraux disait si justement que la mémoire ouvre l’avenir.

A les regarder, les stèles de Locmariaquer ont facilité un parcours iconographique se présentant comme un creuset où chacun dépose un peu de lui-même. Les mégalithes, non point dominateurs ni figées dans leurs millénaires, offrent une hospitalité à l’aujourd’hui de ceux qui les approchent.

Ainsi, les pierres, non seulement, parlent mais donnent à de jeunes artistes la chance de s’exprimer en participant activement à une exposition sur la préhistoire qui ne sera pas sans laisser de trace dans leur propre histoire.

Une ouverture incroyable.

C’est tout le Mouvement Habitat et Humanisme qui, enrichi de ce magnifique engagement, se trouve grandi, conforté dans sa conviction que la culture est un vecteur essentiel d’insertion.

Signe de l’histoire : les mégalithes enseignent ; ils éveillent à des approches novatrices pour bâtir des liens entre générations et cultures différentes.

L’opération franchit les régions. N’est-elle pas sélectionnée au Festival « c’est pas du luxe » en Avignon.

L’éblouissement, toujours, touche le cœur, d’où des liens suscitant des inespérés et des inattendus.

Oui, allons à la rencontre de l’histoire pour nous laisser toucher par ses balbutiements et ses traits de génie, saisissant ce que nous devons à notre tour laisser en partage.

Souvenons-nous, tout ce qui relève doit être élevé ; tout ce qui monte converge.

Ne voyez-vous pas le grand menhir ; non, ce n’est pas le temps qui l’a brisé, c’est l’attention à l’histoire qui l’a invité à demeurer sans surplomber.

Les pierres livrent leurs secrets chargés d’humilité.

Bernard Devert

23 juin 2020

Les soignants « battent le pavé », symptôme d’une Société qui a mal

Les soignants, après avoir été au front lors de la crise du Covid 19, sont de nouveau face à nos gouvernants leur rappelant leurs promesses. Il est dommage qu’il leur faille « battre le pavé » alors que, de nos rues, il y a quelques semaines, ils pouvaient apprécier le témoignage de sympathie et d’espérance qu’ils avaient fait naître par leur courage.

Leur attente n’est pas une simple valorisation des rémunérations, mais aussi la création de postes, rappelant qu’être soignant ce n’est pas seulement poser des actes mais aussi assurer un prendre-soin, auquel le temps ne lui est pas étranger.

Une injustice serait commise à leur égard si leur demande n’était pas prise en compte.

La réponse attendue procède de la responsabilité de la Nation qui, dans le surgissement de l’imprévisible pandémie, sut donner une priorité à la vie sur la finance, l’économie.

L’éthique a été portée à un niveau rarement atteint conférant à la vie une priorité absolue sur toute autre considération.

Il ne faudrait pas que le « Ségur de la Santé » vienne annihiler et annuler ce que les soignants ont apporté : une énergie, un souffle.

Laisser retomber ce souffle serait commettre une grave injustice qui immanquablement développera ses métastases : mépris et indifférence détruisant l’avenir.

Comment ne pas observer les milliards trouvés pour que les avions ne restent pas plaqués au sol. Ne serait-il pas aussi opportun de prescrire les conditions nécessaires au bien-être et à la santé en donnant aux « femmes et hommes en blanc » les moyens du prendre-soin ; la Société toute entière s’en portera mieux.

Dans ces « jours de l’après », surgissent des orages, des tempêtes ; le climat est lourd. L’une des convergences pour arrêter la déchirure est le prendre-soin. Ne serait-il pas notre « concorde » pour aller plus haut et plus vite vers cette Société du care.

Nul doute que les regards gagneraient en bienveillance.

Pourquoi la vie, lorsqu’elle est confrontée à la fragilité, n’est-elle pas mieux entourée, choyée. Ne serions-nous pas touchés par la fièvre de l’utilitarisme pour ne pas voir que l’urgence des défis à relever concerne les situations de vulnérabilité.

Oui, vraiment l’attention aux soignants est une chance pour une Société plus apaisée, plus humanisée.

Bernard Devert

Juin 2020

Des fêtes qui nous mettent sur des chemins d’humanité, là où Dieu se rencontre

Pâques, Pentecôte, la Trinité, que de moments importants qui, dans la foi, nous conduisent à saisir la solidarité que Dieu nous témoigne : je serai avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ».

L’incroyable de cette promesse est que Dieu consent à être dépendant de l’homme. Nous pouvons l’abandonner ; Il ne nous abandonnera pas.

Savoir que ce monde est autant aimé confère une responsabilité : donner une place à ceux qui ne l’ont pas ou plus. Les deux disciples sur le chemin d’Emmaüs ne pensaient plus l’avoir. Ils s’effacent. Quand ils reconnurent le Christ au signe du partage, bien que disparaissant à leurs regards, ils saisissent dans ce retour vers Jérusalem que c’est dans la relation au frère qu’ils verront le visage du Ressuscité, signe de l’éternité commencée.

Le Ressuscité fait de nous des « ressuscitants ».

Souvenons-nous de la prière de Jésus : « ils ne sont pas du monde mais je ne les retire pas du monde ». Par la foi, nous sommes des envoyés dans ce monde. Pour quoi faire ? Travailler à plus de justice – Heureux ceux qui en sont les artisans, appelés fils de Dieu pour susciter des espaces de lumière, permettant de sortir de la pénombre.

Habitat et Humanisme se doit, dans un souci de justice, de tout faire pour que les plus fragiles trouvent enfin ce toit qui leur est refusé au motif…de leur misère et ce, dans le champ du logement social. Une iniquité malheureusement supportée. Quelle injustice.

Il ne s’agit pas seulement de constater, ce qui est facile, mais de transformer ce qui doit l’être pour qu’entre les plus vulnérables et les autres, une fraternité se construise. Elle relève du droit sans se départir de l’amour qui n’a pas à rechercher un équilibre entre deux plateaux, l’objectif étant une voie montante pour tous vers la maison commune.

L’Evangile est un appel à une fraternité, non point à consentir à des archipels où l’autre parce qu’il est étranger, étrange, se trouve à part. L’humanisme est un soin qui ne se donne pas à distance mais dans une proximité pour bâtir la civilisation de l’amour.

Nous sommes là au cœur de l’intuition spirituelle d’Habitat et Humanisme, se laisser habiter par l’Esprit, ce souffle d’amour pour que l’acte d’habiter soit signe de cette vie nouvelle et donc éternelle à laquelle la vie baptismale nous invite à donner cœur et corps.

Dans un texte appelé « L’enracinement » que lui commanda le Général de Gaulle et que publia à titre posthume Albert Camus en 1949, Simone Weil, bouleversée par l’Evangile, écrivait : « l’enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l’âme humaine. C’est un des plus difficiles à définir. Un être humain a une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l’existence d’une collectivité qui conserve vivants certains trésors du passé et certains pressentiments d’avenir ».

La foi ne viendrait-elle pas accomplir ce pressentiment à devenir ce que nous sommes pour faire advenir un monde plus humain. Le divin alors ne se révèlera plus l’étrange.

Bernard Devert

Juin 2020

« Laudato Si », une Pentecôte pour notre monde

Venant juste de célébrer son 5ème anniversaire, l’Encyclique ‘Laudato Si’ doit demeurer un souffle. La Pentecôte ne serait-elle pas une chance, un feu de Dieu pour entrer dans un partage annonciateur d’un monde nouveau. « Un jour qui fit grand bruit », celui du cœur.

François reprend pour son Encyclique le titre du cantique de la création de François d’Assise : Loué sois-tu mon Seigneur, rappelant que la terre est une mère, une sœur.

Ce magnifique texte, bien reçu par les hommes de bonne volonté, est une invitation à trouver les clés d’une harmonie, née d’un même soin pour la planète et ceux qui l’habitent. Avec tous ceux qui l’habitent.

A jouer sur les séparations, on retient les partitions qui arrangent pour mieux se servir, oubliant que le Créateur appelle à poursuivre l’œuvre en recherchant des solutions intégrales. Il n’y a pas des crises mais une crise, dit le Pape François.

A séparer, nous sommes des acteurs de fragmentation. Comment ne pas en voir les effets funestes.

Le tsunami sanitaire dit combien la question environnementale et les difficultés sociales et économiques qui s’annoncent devront faire l’objet d’une même vigilance pour une réponse intégrale.

L’espérance du jour d’après ne reflète-t-elle pas l’attente effective d’une transition écologique et sociétale.

Dans Laudato si, François fait le constat lucide et sans pessimisme de la situation de la planète et du drame de la misère. Il croit que l’homme peut ‘se surmonter’ dans sa capacité à comprendre que le cri de la terre et celui des pauvres sont un même cri.

Dans son ouvrage « Un curé de Campagne », Bernanos dit à l’Abbé de Torcy, à propos de la grâce : « tu tiens ta petite partie dans le concert, tu joues du triangle ou des cymbales… et voilà qu’on te prie de monter sur l’estrade, on te donne un Stradivarius et on te dit : allez, mon garçon, je vous écoute ».

L’écoute est une grâce. Interrogeons-nous : quelle harmonie, née de ces changements, donnons-nous à entendre.

Il n’y a d’éternité que là où il y a humilité, de forces transformatrices que là où les fragilités sont prises en compte, de grâce que là où, pour recevoir ce « stradivarius », nous saisissons que Celui qui est tout harmonie vient jouer avec nous.

Dieu nous accompagne, grâce de la rencontre donnant à nos vies le goût de l’émerveillement de ce feu intérieur qui éternise. Pentecôte est là !

Bernard Devert

Mai 2020

En ce temps de crise « Laudato Si », une chance pour la mise en œuvre d’un nouvel équilibre

La pandémie, encore loin d’être derrière nous, met les Etats dans une situation de convalescence.

Les institutions financières au chevet du malade apportent des remèdes à la hauteur, semble-t-il, de la crise traversée, sans pouvoir pleinement éradiquer les dommages collatéraux annoncés.

Les « amortisseurs sociaux » mis à rude épreuve sont à bout de souffle.

L’avenir, insécurisé, comporte sa part d’opacité et d’angoisse pour les populations les plus fragilisées, inquiètes de perdre leur emploi. Le risque est réel malgré les mesures projetées.

La sortie de crise passe par des équilibres nouveaux ; ils nécessitent une réflexion anthropologique qui s’avère possible à un moment où bien des certitudes sont tombées, laissant place enfin aux convictions.

A occulter le sens de la vie, la finitude se distille et finit par s’imposer, neutralisant avenir et équité. Un vide abyssal qui fait le lit de l’orgueil, tombeau ouvert de ce ‘moi’ préfabriqué, oubliant l’autre.

L’urgence est la recherche d’un nouvel équilibre si nous voulons que tous s’en sortent, pour éviter la déchirure sociale. L’heure est de mettre en œuvre le vivre-ensemble, non pas l’affichage d’un idéal lointain, mais une impérieuse nécessité pour aujourd’hui. La mission d’Habitat et Humanisme, engagée il y a plus de 35 ans, n’a pas perdu de son acuité.

L’équilibre est toujours une attitude du ‘prendre soin’ ; les soignants nous ont montré leur engagement sans lequel le virus aurait fait davantage de victimes encore.

La réflexion partagée, née d’un discernement pendant le temps du confinement, est porteuse d’une espérance que nous ne devons pas décevoir ; elle est créatrice d’un renouveau attendu.

Ces 55 jours de confinement furent ceux de l’humilité, réformant l’arrogance et la prétention qui plient toute marche vers un humanisme éclairé, garant de relations justes.

L’encyclique ‘Laudato Si’, publiée il y a 5 ans, le 24 mai, a éclairé l’horizon de bien des hommes de bonne volonté. N’y aurait-il pas urgence de l’accueillir; elle est un phare pour construire la maison commune.

Pour que tous l’habitent, des bâtisseurs doivent se lever. Quel en est le prix ? la maîtrise de l’avoir et du pouvoir pour privilégier le bien commun. Aurons-nous l’audace de faire l’effort nécessaire pour que, dans ce tsunami social, le premier bien de l’entreprise, l’homme, soit protégé.

Les intérêts à court terme, comme toujours, mettent en échec l’humanisme bien compris.

Il nous souvient du mythe de Babel, l’élévation vers le ciel n’avait d’autre perspective que de le posséder. Une voix s’éleva pour dire : « et les autres » ? Tout est dit. Leur oubli est facteur d’un déséquilibre mortifère.

Pour bâtir la maison commune que disparaissent oukases et outrances, comme ces facilités sans fertilité que sont ces crispations affectant la marche vers un nouvel équilibre.

Spectateurs ou acteurs d’une Société nouvelle, nous sommes à la croisée d’un chemin.

Bernard Devert

Mai 2020