La rentrée, une clé d’ouverture

Trop de fermetures s’avèrent si hideuses que nous ne voulons pas savoir ce qui se passe pour des familles qui se voient refuser l’accès au logement. Que de foyers rejetés pour ne disposer d’aucune clé pour sortir de cet enfer-mement.

Sur les ondes ce week-end, nous apprenons que des professeurs s’émeuvent non sans raison pour apprendre que cinq de leurs élèves à Vaulx en Velin, après avoir vécu sur un balcon pendant le temps d’été, sont désormais à la rue.

Il y a le bruit des clés que l’on ne supporte plus, mais aussi son absence si douloureuse qu’on se sent perdu, exclu. Que d’enfances volées pour n’avoir point de lieux à habiter, de portes à ouvrir sur une intimité qui protège et qui ouvre. J’entends cette petite fille de 6 ans, Alyssa, s’émerveiller parce que désormais elle a enfin une chambre alors que pendant des mois les portes qu’elle poussait avaient pour clés la misère, transformant l’hospitalité en une hostilité.

Quel bonheur pour l’esprit et pour le cœur de participer à cette symbolique de l’ouverture avec la reconversion des anciennes prisons de Lyon : un espace ouvert à la culture et à l’intelligence qui revêt de multiples aspects dont le cœur est un sommet.

Avec vous, nous ne voulons plus que des mamans avec leurs enfants soient à la rue.

Toute vie a besoin d’un berceau ; le tenir éloigné, c’est consentir à la culture de l’exclusion, du mépris de l’autre parce qu’il a pour tort d’être différent, simplement pauvre. Il est pourtant notre frère. L’Ecriture nous rappelle que nous en sommes le gardien.

Des étudiants, dans la fidélité à ce qui a été entrepris il y a 20 ans pour un « bizutage intelligent », présentent en cette rentrée Habitat et Humanisme, à Lyon comme dans bien d’autres villes, pour que des clés, recyclées dans la générosité, permettent à des familles de quitter la spirale de l’enfermement ; alors seulement, elles entreront dans le cycle d’un autrement.

Répondre à la sollicitation de ces étudiants, c’est offrir deux clés : celle d’un espace habitable et celle de l’accès à l’intériorité, permettant à ces personnes fragilisées de découvrir qu’elles comptent pour quelqu’un. Magnifique ouverture. Comment ne pas la faire nôtre ?

Ne laissons pas ces étudiants venir vers nous, mais allons à leur rencontre. Ils mettent leur générosité au service d’une multiplication des clés suscitant une harmonie, celle là-même du diapason du ‘vivre ensemble’.

Recycler, c’est recréer, participer à cette portée faite de croches, de noires, de blanches et même de soupirs. Magnifiquement humaine, cette écriture nous entraîne sur des espaces, clés d’un autrement traversé par la fraternité ; les différences deviennent la chance d’une polyphonie pour nous faire entendre et comprendre que chacun détient une clé pour ouvrir et s’ouvrir à un monde plus humain.

Vous qui ouvrez les coffres de l’imagination, forts de votre humanisme et de votre enthousiasme, vous saisissez que non seulement la clé de l’économie doit être celle de la confiance et de l’éthique, mais qu’elle doit aussi être celle d’une attention à la solidarité.

L’ouverture n’est jamais d’évidence. Il faut la volonté de la construire. Telle est bien la perspective d’Habitat et Humanisme pour une ville grande ouverte.

Clés des savoirs avec la création de l’atelier de l’entrepreneuriat humaniste en concertation avec l’Université Catholique. Les crises traversées ne font-elles pas apparaître la nécessité d’une réflexion pour la naissance d’une économie durable qui nécessite que soit revisité le sens de l’agir, en cohérence avec des pratiques mettant enfin au pas les logiques de court terme.

Clés pour ouvrir les cœurs à une humanité blessée mais qui nous fait aussi entrevoir nos propres blessures, non point pour s’en désoler mais pour entrer dans une plus grande responsabilité, refusant avec François, notre Pape, la mondialisation de l’indifférence.

Qui peut contester la nécessité de l’ouverture d’un grand chantier pour offrir la clé d’une plus grande cohésion sociale ? Les peurs liées à la différence et à l’étrange, maîtrisées, alors peut surgir le seul débat d’avenir qui vaille : la question du sens et de la fraternité.

Bernard Devert

2 commentaires sur “La rentrée, une clé d’ouverture

  1. J’espère que nous sommes nombreux à vous écouter sur Radio Notre Dame en esperant vous entendre bientôt sur les grandes chaînes publique,la solidarité sera la vraie solution à la crise .Merci Giovanna

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s