Dix commandements pour sortir de la crise du logement

Si la crise du mal logement était seulement financière, elle aurait été réglée. En 40 ans, le niveau de vie des Français a doublé bien que la pauvreté s’aggrave pour près de 8 millions d’entre eux. La rupture ne procède pas d’abord d’un manque de ressources mais d’un éloignement de la source, oubliant la grande question du Livre de l’humanité : qu’as-tu fait de ton frère.

L’urgence ne serait-elle pas de reconnaître que l’autre n’est pas un individu mais une personne ; il nous faut naître à cette relation. Les dix commandements qui suivent peuvent-ils susciter un chemin.

  • Tu te détourneras résolument de l’accumulation de biens futiles détruisant la fertilité des liens et t’éloigneras des rentes foncières aussi iniques que destructrices de la solidarité.
  • Tu ne tueras pas la dignité de ton frère pour le condamner à vivre dans des abris ou des machines à loger quand ce n’est pas  la rue. Tu t’inquiéteras du coût de son logement pour qu’il soit en cohérence avec son reste pour vivre, refusant les ruptures qui plongent dans l’abîme.
  • Tu ne porteras pas de jugements et ne laisseras pas dire de faux témoignages qui détruisent l’autre et la promesse qu’il représente, aussi, refuseras-tu ces sous-entendus assassins qui tracent dans la ville des signes d’apartheid.
  • Tu demeureras attentif à ces lois qui affirment judicieusement l’opposabilité d’un droit mais sans l’accompagner de mesures concrètes ; tu ne te contenteras pas de ces velléités qui ne protègent que l’image que tu as de toi. L’heure est celle d’une ferme détermination pour en finir avec le cancer social qui ronge et détruit l’insertion des plus vulnérables.
  • Tu te souviendras de Celui qui t’a fait sortir de la maison d’esclavage et offriras à l’étranger les conditions d’accès à un toit qui honore l’hospitalité pour refuser les hostilités, fussent-elles passives.
  • Tu protégeras l’enfant, victime du mal logement qui l’enferme aujourd’hui et détruit son avenir, comme la personne qui, au soir de sa vie, dans la détresse de sa solitude s’interroge : il n’y a donc personne pour comprendre, personne pour aimer.
  • Tu construiras le ‘vivre ensemble’ pour ne point oublier que l’autre est ton égal. Appelé à être bâtisseur d’espérance, tu bâtiras la fraternité, refusant que le logement soit un marqueur social.
  • Tu rappelleras aux gouvernants que l’urgence n’est pas tant d’inscrire leurs noms dans des lois que de susciter la confiance, mère de l’enthousiasme qui, seul, crée les conditions d’un autrement.
  • Tu te détourneras de ces puissance qui ne sont finalement qu’illusions et fragilisent. Aussi te lèveras-tu contre cet aménagement du territoire concentrant les activités sur de mêmes espaces. Ne vois-tu pas que la vie est difficile pour un grand nombre et un drame pour beaucoup d’autres, faute de logement.
  • Tu ne convoiteras pas l’autre. Tu maintiendras, autant que faire se peut, l’engagement né du « je t’aime », évitant les séparations qui multiplient les lieux de vie afin que les plus démunis ne s’entendent plus dire « il n’y a pas de place ».

Bernard Devert

Un commentaire sur “Dix commandements pour sortir de la crise du logement

  1. Génial
    Quand avez-vous eu le temps de pondre ce décalogue ?
    Comment le faire passer ?
    Ne pourriez vous pas en faire une carte de vœux ?
    Bien à vous
    Alix

    Alix Guibert
    Habitat et Humanisme
    Responsable Ressources Financières
    06 63 78 12 83

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s