L’Esprit de liberté vit

Un professeur est mort pour avoir assumé pleinement sa vocation : servir la liberté. Il éveilla ses élèves à quitter les idées toutes faites, pire encore, ces amalgames nourrissant les rentes perfides des illusions et des intégrismes meurtriers de l’humain.

Qu’est-ce que l’enfer, si ce n’est le lieu de l’enfer-mement.

Un professeur est mort, décapité par un jeune individu dramatiquement instrumentalisé par des êtres ignobles, assignant le prophète à leur sombre et funeste dessein : mettre les valeurs de notre République sous la coupe d’un autre temps qui n’aurait jamais dû exister.

Un professeur est mort après avoir été sali par des mensonges diffusés sur des réseaux sociaux qui, lâchement, profitant de l’anonymat, se défoulent et déversent des insultes, accompagnées d’appels à la haine.

Un professeur est mort pour faire comprendre que transmettre un savoir n’est pas seulement un passage des acquis mais une invitation à quitter cette part d’animalité qui, s’immisçant en chacun, fait obstacle à la lumière de la liberté.

Un professeur est mort. C’est toute la Communauté enseignante qui se lève, meurtrie par ce lâche attentat, fière, à juste titre, que l’un des siens, menacé, n’ait pas transigé avec la liberté d’expression, offrant un cours magistral afin que l’esprit vive.

Les forces du mal sont si brutales et monstrueuses qu’elles peuvent, à un moment, faire vaciller. Seulement, l’esprit est là, il sera toujours là pour faire surgir l’inattendu qui a pour nom l’espérance ; jamais elle ne s’éteindra, tant qu’il y aura des hommes, comme Samuel, qui veillent.

Il ne s’agit pas de se détourner de la vie mais d’y entrer ; seul, l’esprit l’autorise.

Sur des bancs, dans des collèges et lycées, que d’élèves recueillent ce trésor de la part de professeurs refusant de mettre au ban cette valeur si essentielle, créatrice d’une raison d’être comme Samuel le leur a appris.

Albert Camus dit que la liberté est la seule valeur impérissable de l’histoire.

Alors, Professeur, cher Samuel, au Panthéon des valeurs qui bâtissent notre civilisation, vous demeurerez cet éclaireur de lumière.

Bernard Devert

20 octobre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s