Le sombre n’obscurcira pas la lumière.

L’avenir incertain en raison de la crise sanitaire, assombrit le climat social. Inutile de rappeler les autres risques qui s’ajoutent avec un obscurantisme brutal dont le seul but est de créer peur et division. La Nation reste unie même si, ici et là, s’esquissent quelques tentatives visant l’instrumentalisation politique des crimes commis sur notre sol.

Le vivre-ensemble est mis à mal.

Si les ombres sont bien présentes, puissent-elles ne point nous détourner des lumières dont notre Pays est le berceau. Quoi qu’il advienne – malgré ou à cause des obstacles – à chaque génération, se lèvent des femmes et des hommes déterminés à porter au zénith les valeurs de notre civilisation.

Il ne s’agit pas de se rassurer, mais d’assurer ceux qui font face à ces crises que leurs engagements sont décisifs et entendus comme tels. N’éclairent-ils pas pudiquement une fraternité vive, plus prégnante qu’on ne l’imagine.

Souvenons-nous, la forêt qui pousse fait toujours moins de bruit que l’arbre qui tombe.

Applaudis lors du premier confinement, tels les sauveurs contre un ennemi inconnu, les soignants connaissent au cours de la 2ème vague, un silence. Le Pays semble retenir son souffle : vont-ils tenir attendu les risques qu’ils courent, alors qu’ils sont épuisés. La pandémie dure depuis plus de 10 mois et a déjà causé la mort de 40 000 personnes.

Les soignants veillent alors que nombre d’entre eux – notamment les auxiliaires de vie et les aides-soignants – n’ont pas de reconnaissance sociale ou si peu. Si ce n’est pas de la grandeur d’âme, alors, qu’est-ce que c’est ?

Dans cette attention à protéger, nombre d’acteurs publics et privés se mobilisent également pour que des personnes à la rue – qui ont pu en être arrachées le temps du confinement – trouvent un habitat pour répondre à cette obligation morale : zéro retour à la rue.

Que d’engagements, derrière ces mesures de protection. Personne ne se souviendra de ceux qui les mettent en œuvre, ou si peu ; ils savent que leur mission ne les conduit pas à se faire connaître mais que, face à un mal qui détruit, leur devoir est de faire surgir un autrement.

Que d’intelligences créatrices ouvrent l’avenir. Ne nous en étonnons pas. Si deux pouvoirs nous assaillent : le mal qui fait mal et conduit parfois à faire mal ; le temps qui use avec les lassitudes et les défections que cela entraîne, il y a un troisième pouvoir, celui du cœur. Il est bien là, d’où ces riches inattendus venant déminer ce qui semble perdu.

Ces lumières ne se voient pas encore mais préparent avec patience, parfois dans l’incompréhension ou l’agacement des attentes, un avenir plus serein, plus humain.

Un couple turc, dont les parents ont émigré en Allemagne, est porteur des clés de la vaccination contre la Covid-19.

Avec le virus, nos idées de puissance ont cédé, laissant place à une fragilité imposée. Où est l’homme augmenté pour se voir condamné à porter des masques et à limiter tous ses déplacements.

L’engagement de deux chercheurs issus de l’immigration crée un réel espoir pour sortir de cette pandémie qui, partie de très loin et circulant de toute part, devrait trouver la fin de sa course folle grâce à ceux-là mêmes qui ne sont pas toujours les plus reconnus.

Une fois encore, la fraternité, cette belle lumière, crée la surprise et fait céder les barrières.

Bernard Devert

Un commentaire sur “Le sombre n’obscurcira pas la lumière.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s