Pâques, quels tombeaux allons-nous ouvrir aujourd’hui

Pâques est l’inouï d’une liberté qui transfigure le destin ; elle n’est pas une illusion, mais la conviction que vivre, c’est faire sortir des tombeaux misère et barbarie, ces linceuls de l’espérance.

L’heure est de veiller à offrir une terre hospitalière à ceux qui ont dû tout quitter, avec l’espoir enfin de ne point être encore rejetés.

Pâques, la pierre qui roule pour devenir une pierre d’angle d’une Société libérée et libérante parce que l’homme alors debout comprend qu’il est appelé à entreprendre, à créer du neuf, pour lutter contre ce qui déshumanise.

Cette exigence est une urgence à l’égard de ces mineurs non accompagnés (MNA) pour refuser de les voir sur les trottoirs, livrés à eux-mêmes, sans personne pour les guider, les protéger, proie de ces ‘salopards’ qui les exploitent ou tentent de le faire pour assouvir leur cupidité en développant l’’économie souterraine, ces autres tombeaux qui sentent la mort.

Que de tolérance à l’égard de ces cultures mortifères qui se présentent comme des joints qui ne joignent rien, si ce n’est ces paradis artificiels et éphémères, offrant aux fabricants du malheur une fortune qui, elle s’installe, faisant d’eux des caïds en herbe, assommant leurs consommateurs pour en faire des esclaves.

La permissivité lézarde la ‘maison commune’.

La raison d’être des hommes libres est de ne point emprunter les ‘autoroutes de la facilité’ qui condamnent toute gratuité pour leur préférer ces chemins plus difficiles qui montent vers des espaces de fertilité, ceux d’une fraternité.

En hébreux, la Pâque se nomme la pessa’h qui veut dire par-dessus.

Ne sommes-nous pas appelés à passer au-dessus des crispations, des dictatures de la pensée unique qui constituent autant de tombeaux au sein desquels les cultures de mort prolifèrent pour tenter de bâillonner les consciences.

La Pâque n’est pas l’heure d’un jour, mais celle de chaque jour où l’audace de l’idéal l’emporte sur toute autre considération. Alors, les regards peuvent passer par-dessus les jugements qui enferment pour être habités par la confiance et le respect de l’autre.

Pâques, ce moment indicible, celui d’une tendresse passionnée pour la vie qui ébranle la dureté de la mort.

N’est-ce pas cela vivre.

Bernard Devert

Avril 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s