Lyon, terre des escales

Stéphane Hessel, cet homme magnifiquement engagé, sut rappeler la nécessité non seulement de s’indigner, mais aussi de se mobiliser. Partageant avec Edgar Morin, autre grand penseur, la volonté de faire bouger les lignes, ils écrivirent en 2011 un petit livre riche d’ouverture, sous le titre Le chemin de l’espérance.

Cette espérance, si nous ne voulons pas la déserter, ou simplement la rêver, conduit à créer des lieux qui favorisent les liens. Dans cette perspective, ces deux intellectuels imaginaient la construction de maisons de la fraternité.

Ces maisons voient le jour avec l’habitat partagé et intergénérationnel, ou encore les escales solidaires.

Habitat et Humanisme inaugurait ce 11 juin une deuxième escale, rue Tronchet, dans un des quartiers les plus favorisés de Lyon à 200 m de l’entrée du parc de la Tête d’Or.

Le Tout-Lyon était là en présence du Préfet à l’Egalité des Chances, du Maire de Lyon, des représentants de la Région, de la Métropole et de nombreux élus. Ce « Tout-Lyon », c’est Lyon, capitale de l’humanisme qui, toujours très pudique, garde cet esprit de résistance : agir plutôt que de discourir.

Il est de ces moments où il est bon de se rassembler non point pour se congratuler, mais pour partager une joie, née de ces avancées sociales. Ne sont-elles pas le fruit d’une détermination à ne rien céder pour que l’humanisme demeure ce qu’il sera toujours : une vigilante attention à ceux que la vie blesse.

Lyon, la secrète, bouge. Aussi, ces escales solidaires lui ressemblent. Le mot a le goût du voyage, du déplacement. Grands sont les horizons de cette Ville ; n’est-elle pas celle qui a créé la route de la soie pour conduire vers des lointains ; elle est aussi la cité où Saint-Exupéry est né, l’homme des escales qui ne furent pas indifférents à son livre « Terre des hommes ».

L’escale, c’est une terre d’humanité en genèse, en mouvement.

Avec les escales, surgit la vision des ports, des aéroports et leurs grandes installations avec des points lumineux que sont les balises offrant visibilité et sécurité.

Faire escale, c’est déjà être dépaysé, une aventure se profile, la rencontre souvent de l’inconnu qu’il s’agit, non point d’affronter, mais d’aborder. Il en est ainsi de ces escales solidaires, des espaces d’accueil pour que la vie et la ville conjuguent l’ouverture dans un esprit de fraternité.

Les visages exprimaient, hier, la joie de faire escale au centre de la Ville qui a largement contribué avec la Métropole à l’ouverture d’un nouvel espace qui ne sera pas sans faciliter des voyages intérieurs.

Si « La plaisante sagesse lyonnaise » rappelle que « le bon sens a beau courir les rues, personne lui court après », hier cette escale l’a fait mentir pour être celle du bon sens qui a trouvé place. Ne soyons pas étonnés que d’aucuns se soient déplacés pour faire escale sur ce site.

Une table d’hôtes est ouverte ; des grands chefs étoilés décident d’apporter leur contribution à la qualité de cette hospitalité ; Lyon, ville de la gastronomie, sait dresser les tables de l’hospitalité. Cela risque de « bouchonner » …

Oui, bon voyage dans cette ville sage et audacieuse, traversée par le sens de l’altérité. Que de partages en perspective qui se révèleront quels que soient l’âge et les conditions sociales, une escale pour goûter à l’essentiel, le plus humain, un hymne à la vie.

Bernard Devert

Juin 2018

Un commentaire sur “Lyon, terre des escales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s