Des liens avec ces moines et moniales, « travaillés par Dieu »

Habitat et Humanisme, comme je me suis permis de vous en faire part, s’est rapproché des moines de l’Abbaye de Belloc, située à une vingtaine de kilomètres de Bayonne, dans le Pays Basque.

Qu’allons-nous faire, ou plus exactement vivre, sur ce haut lieu spirituel, sachant qu’une de nos associations, constitutive du Mouvement, H&H Pyrénées-Adour, est fortement impliquée sur ce territoire.

Les liens qui se bâtissent avec le monastère bénédictin sont une chance pour notre Mouvement pour se retrouver en présence d’hommes « travaillés par Dieu ».

L’âge venu et leur petit nombre invitent les moines à rechercher avec enthousiasme de nouveaux possibles pour faire du neuf. Habités par la Bonne Nouvelle, ils ne cessent d’être des acteurs de l’espérance qui, comme le rappelle Péguy, voit ce qui sera dans le temps et dans l’éternité.

L’écoute de la Parole, toujours relève. Une orientation se dessine, non point pour fabriquer une machine de l’espoir, mais faire naître « toute chose nouvelle » à l’invitation de l’Esprit.

Le Créateur ne fabrique pas, il crée, en nous confiant une responsabilité qui fait de chacun de nous des co-créateurs.

L’appel suscite toujours la surprise, trace de l’Esprit. Souvenons-nous que l’annonce doit inviter à écarter ces raisonnements qui souvent enferment pour laisser place à l’ouverture du cœur. S’éveille alors une harmonie créatrice d’un ajustement à Celui qui ne cesse de nous appeler à bâtir un monde plus humain.

Ces moines « travaillés par Dieu » nous y invitent avec une joie libérante et audacieuse.

L’Abbaye de Belloc est fort justement reconnue comme un haut lieu spirituel qui, à ce titre, porte la trace d’une résistance, signe d’une parole si décalée qu’elle nécessite un discernement pour s’ajuster à ce que nous devons devenir.

Résistance à l’égard du franquisme ; résistance à l’égard du nazisme. Il y a peu d’abbayes où des moines furent arrêtés pour leur parole dénonçant l’inhumanité de ces régimes. En 1943, 3 frères de Belloc, dont le Père Abbé, furent déportés à Dachau et Buchenwald

Belloc ne peut pas être simplement le lieu d’une ONG. Le Père Abbé en évoquait le risque, ce 31 août, en rappelant l’ouvrage du Père de Lubac, Le drame de l’humanisme athée.

Le chemin qui se présente à nous est aussi difficile que passionnant.

N’appellera-t-il pas la recherche d’un constant équilibre entre l’accueil, l’accompagnement d’hommes en souffrance vers un mieux-être, sans oublier – c’est la raison d’être de notre présence à Belloc – qu’une des clés de l’ouverture est de sortir de ces ruptures, trace de nos captivités intérieures entre matière et esprit, déterminisme et liberté.

Cette sortie, un exode vers la terre promise où l’homme dépassant son animalité, ses idées de possession, s’éveille à une relation libre, trace diaphane de la présence du Vivant.

Je vous partagerai, en confiant à votre prière, les ouvertures nées de cette belle aventure avec nos frères moines bénédictins et les moniales du même Ordre qui, à proximité de l’Abbaye, nous accompagnent avec une amitié toute fraternelle.

Bernard Devert

Septembre 2021

2 commentaires sur “Des liens avec ces moines et moniales, « travaillés par Dieu »

  1. Je suis ravi,cherBernard, de ce cheminement avec l’abbaye de Belloc.De temps en temps, Fédération dont j’étais, a un peu trop mis en avant les bienfaits de la laïcité. Cordialement Patrick

  2. beau projet que j’aurais tant aimé à Vic sur Cère ….bon courage pour le porter sur Le Chemin ….
    très cordialement Josette Galidie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s