Mister sens, ouvre les yeux et réveille les cœurs

Mister sens, un ami qui nous veut du bien. Ne nous invite-t-il pas à sortir des ornières brisant l’avenir, parfois l’enferme, pour privilégier un futur qui en éclaire le déjà-là.

L’acte d’entreprendre est de plus en plus confronté à la question du sens : entreprendre pour qui, et pour quoi faire.

Si le Code Civil définit l’entreprise à partir de l’affectio societatis et la volonté de se réunir en vue de recueillir les fruits qui pourraient en résulter, la loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) lui offre depuis juillet 2019 la possibilité de se placer sous un statut de société à mission.

Le législateur reconnaît ainsi à l’entreprise une capacité spécifique pour atteindre des objectifs sociaux et environnementaux. Un éloge de l’entreprise corroboré par la jeunesse qui souvent, après de longues et solides études, rejoint des entrepreneurs décidés à faire changer des situations sociales dommageables.

L’actualité fourmille d’exemples ; un des plus illustres est celui de « l’Entreprise des Possibles ». J’ai la faiblesse de penser qu’Habitat et Humanisme s’inscrit bien dans cette veine.

La création des richesses n’est plus entendue dans une approche possessive mais un vecteur de transformation sociale. L’entreprise ne demande pas à être considérée comme vertueuse. Ses actes, seuls, la qualifient. Si le sens n’est pas là, alors je ne sais pas où il est.

Un des débats importants sur le plan social et politique s’articule autour de la croissance ou de la décroissance. La question ne serait-elle pas mal posée, la réponse ne pouvant pas être binaire, réduite à avoir moins du même, dit fort justement Elena Lasida, économiste, chargée de mission à Justice et Paix.

Ne renonçons pas à la croissance mais imaginons la, autrement, en mettant l’accent non pas sur le plus ou le moins, mais sur le pour qui, pour quoi et pour quoi faire. Veillons à ne pas oublier les plus vulnérables qui, à l’écart du développement sauf par ruissellement – et encore ‑ se demandent s’ils ont une place dans la Société.

L’enjeu est si déterminant pour l’avenir, qu’il n’est pas possible de déserter la question du sens, une des clés pour se mettre à distance des réponses faciles, arithmétiques alors qu’elles relèvent d’une approche existentielle.

Le fragile, au sein de nos Sociétés, est devenu paradoxalement une force pour rechercher ce qui est juste.

Ce constat doit conduire à une parole enthousiaste pour ne point laisser les thuriféraires du « déclinisme », du pessimisme envahir l’espace médiatique accablant une Société qui a le goût de l’autre, plus qu’on ne le pense, pour reprendre le titre du livre d’Elena Lasida.

Ce goût de l’autre est pigmenté par le sens. Ne voyons-nous pas ces orientations prisées non par des fantômes, mais par des femmes et des hommes bien en chair, habités par le sens du service.

René Char a ces mots qui sonnent juste : « va vers ton risque, à te regarder, ils s’habitueront ».

Bernard Devert

Novembre 2021

Un commentaire sur “Mister sens, ouvre les yeux et réveille les cœurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s